L’éducation émotionnelle des plus jeunes, oui, mais pourquoi ?

Tant que le cerveau n’a pas atteint sa pleine maturité (pas avant 20 ans, certains chercheurs affirmant même vers 30 ans), les processus de gestion des émotions ne sont pas totalement fonctionnels.

L’enfant a alors des difficultés à contrôler et maitriser ses réactions émotionnelles. L’enfant n’est pas en mesure de gérer l’ensemble des émotions qui affluent en lui du fait de l’incomplétude de ses réseaux neuronaux. Le cortex préfrontal est incapable de jouer son rôle de régulateur des émotions fortes.

L’apprentissage du langage des émotions aura alors sur l’enfant un impact sur son comportement social, et notamment sa capacité à surmonter le stress, à gérer son agressivité et à exprimer ses affects.

Par ailleurs, un enfant qui enfouit ses émotions, ses peurs, qui ne peut pas manifester sa joie ou sa colère, n’apprend pas à tenir compte de ce que lui ou les autres ressentent. Il ne développe pas d’empathie, pas de bienveillance : ni pour lui-même ni pour les autres.

Quand un enfant apprend à repérer ses émotions et à repérer le message envoyé par son corps, il arrive mieux à s’adapter et à comprendre ce qui compte pour lui, mais aussi pour les autres.

L’intelligence émotionnelle (IE) est un concept proposé en 1990 par les psychologues Peter Salovey et John Mayer, qui réfère à la capacité de reconnaitre, comprendre et maitriser ses propres émotions et à composer avec les émotions des autres personnes. Elle est proche du concept d’intelligence sociale. Le concept a été popularisé par Daniel Goleman en 1995.

Def : Le mot émotion vient du latin motio = mouvement, e = qui vient de, et cette étymologie indique très exactement le sens de ce mot. L’émotion est en effet un  mouvement provoqué par une excitation extérieure.

Oh, mais c’est génial ça! C’est un mouvement alors je peux agir dessus prendre le contrôle de celui-ci ? 

Mais au fait est-ce qu’il y a des émotions de primaire que je peux repérer facilement ? oui les voici :

Face à un évènement, une émotion est une réaction automatique qui se traduit par des sensations physiques.

Il existe 6 émotions primaires universelles dont on peut repérer les expressions faciales dans tous les peuples humains. Une émotion peut générer des sentiments ou des états affectifs associés. Connaitre ces derniers permettra aux enfants de reconnaitre et nommer l’émotion qui les habite.

1. La peur

La peur signale la présence d’un danger, réel ou imaginaire. La peur protège et entraine plusieurs stratégies pour faire face à la menace : fuite, attaque ou sidération. Les réactions corporelles de la peur se traduisent par un afflux de sang dans les muscles (pour courir plus vite, avoir plus de force…), une montée d’adrénaline (pour augmenter la puissance) et une accélération du rythme cardiaque (pour préparer à l’effort).

2. La colère

La colère surgit quand ce qui est essentiel pour nous est menacé, quand on essaie de nous imposer quelque chose, que notre territoire est envahi. Mais colère n’est pas synonyme d’agressivité : l’agressivité est seulement une expression (inappropriée) de la colère. La colère déclenche une concentration d’énergie.

3. La tristesse

La tristesse est un retour au calme, un retour à soi. Le retour au calme donne le temps nécessaire pour intégrer l’évènement douloureux, l’élaborer, pour se régénérer, trouver de nouveaux repères et reprendre le cours de la vie. La tristesse se traduit par un ralentissement du rythme du corps.

4. Le dégout

Le dégout permet de ne pas accepter ce qui n’est pas bon pour nous, de ne pas avaler n’importe quoi. Le dégout se traduit par une sensation de nausée.

5. La surprise

La surprise prépare au changement. Elle se traduit par un élargissement des perceptions visuelles et auditives grâce à la mobilisation rapide et concentrée des neurones.

6. La joie

La joie augmente l’énergie disponible et le bien-être. Elle se traduit par la sécrétion d’hormones du plaisir (ocytocine, endorphine…) qui développent l’optimisme.

Mais à quoi servent les émotions ?

Pour Jeanne Siaud-Facchin, les émotions sont des guides fidèles. Ce sont elles qui nous mettent en action et sont indispensables à la vie humaine, car elles nous aiguillent sur la réaction la mieux adaptée à notre environnement.

Une émotion est à considérer comme une réaction du corps à un stimulus : elle nous indique la nature de la situation (la présence d’un danger éventuel, une souffrance, une réjouissance…) et comment il convient d’y répondre. Il n’existe pas à proprement parler d’émotions négatives ou positives. Toutes les émotions ont une fonction. C’est ce que l’on va donner comme sens à l’émotion qui en fera une émotion agréable ou désagréable. Toutes les émotions ont une valeur importante, sans connotation. 

Pour reconnaitre une émotion, il est alors essentiel de capter les sensations corporelles, ce qui se passe à l’intérieur, les envies ressenties. Les émotions sont des indices sur soi.

Dans mon prochain article je vous parlerais comment nous percevons nos émotions. Il y a déjà un début de réponse dans le paragraphe du haut ; ) .

très bonne journée 😀.

 

  

%d blogueurs aiment cette page :